Les compétences de l'auxiliaire de puériculture - Skilero
Photo du profil

Les compétences de
l’auxiliaire de puériculture

 

Mathieu Merabli, 25 ans, éducateur de jeunes enfants au sein de l’Association Crescendo. Ce test a été conçu par une équipe de professionnels des Ressources Humaines et des métiers de la petite enfance de l’association.

 

Comment dépeindriez-vous aujourd’hui le domaine des services à la personne ?

En ce qui concerne la petite enfance, la demande de personnel qualifié est largement supérieure à l’offre : en 2016, le ministère estimait à plus de 150 000 le nombre de postes à pourvoir. La pénurie se fait notamment sentir pour les auxiliaires de puériculture et éducateurs de jeunes enfants, surtout dans les zones à forte concentration urbaine.

Ces métiers souffrent d’un manque de reconnaissance sociale et économique. Les niveaux de rémunération n’étant pas des plus attractifs, la fidélisation des collaborateurs s’avère être un enjeu d’autant plus important. Pour ce faire, les employeurs doivent proposer des possibilités de développement des compétences par la formation, la gestion de projets, la participation à des projets transverses… Les professionnels de la petite enfance sont très engagés dans leurs métiers mais cette situation de tension rend les candidats plus opportunistes et exigeants sur les dimensions de développement professionnel et de qualité de vie au travail.

 

Quelle est votre expertise dans ce domaine ? Avez- vous mené des actions de formation, recrutement, pratiqué un métier dans ce secteur ?

C’est l’association Crescendo qui a réalisé collectivement ce test de compétences. Au quotidien, depuis plus de 30 ans, nous procédons au recrutement, à la formation, au développement professionnel et à l’amélioration des conditions de travail de nos collaborateurs.

L’élaboration de ce test a été pilotée par Anne Cunaud, Responsable des Ressources Humaines qui intervient directement dans le recrutement des responsables de crèches et des coordinatrices d’un groupe de crèches.

 

Quelle est votre expertise dans ce domaine ? Avez- vous mené des actions de formation, recrutement, pratiqué un métier dans ce secteur ?

J’ai accompagné et dirigé des équipes de réceptionnistes et de femmes de chambres. J’ai fait le choix de travailler dans tous types de structures d’hébergement pour côtoyer une grande variété de clients. Mon diplôme de formateur m’a beaucoup apporté ; depuis que je le possède, je conçois et anime des formations destinées au monde de l’hôtellerie-restauration et de la relation clientèle.

J’ai eu la chance de recruter et aussi maintenant de former à l’accompagnement d’équipes comme au recrutement. Ce sont des domaines très demandés par les établissements. Et c’est en formant également les responsables que les formations pour salariés donnent les meilleurs résultats.

 

Quelles sont les qualités essentielles selon vous pour réussir dans ce secteur ?

Les qualités relationnelles d’écoute, d’attention bienveillante portée aux autres sont essentielles pour ces métiers exercés en équipe, au contact des enfants et des parents. Il faut être « souple » pour s’adapter aux personnes et aux situations qui peuvent être chargées en stress et en émotions.

Savoir garder son calme, prendre du recul, faire preuve de patience, est essentiel, pour soi comme pour les enfants.

Enfin, le travail auprès des enfants peut permettre d’exprimer sa créativité !

Le secteur a du mal à recruter, pourquoi ? Existe-t-il des idées reçues dont vous pouvez démontrer qu’elles sont fausses ?

En France, les métiers du secteur social sont culturellement peu valorisés. Il y a encore un amalgame entre « garde d’enfants » et « accueil des jeunes enfants ». L’idée reçue la plus véhiculée est : « C’est facile de s’occuper des enfants ». On pense parfois qu’il suffit de les aimer, de savoir jouer avec eux, les nourrir, les changer pour travailler dans ce secteur. Et que donc, aucune qualification particulière n’est indispensable. La professionnalisation de ces métiers avec l’exigence de formations qualifiantes démontre la nécessité d’avoir des connaissances et des compétences pointues pour exercer auprès des enfants. Et il suffit de passer une journée dans une crèche pour mettre à mal l’idée reçue selon laquelle « c’est facile » !

« C’est un métier fait pour les femmes » est aussi une idée reçue qui a beaucoup contribué et contribue encore à la faible part d’hommes dans ces métiers. Pourtant, les salariés masculins s’épanouissent aussi dans ces métiers ! Les exemples de la Norvège ou de l’Allemagne démontrent qu’il est possible, et avec succès, d’ouvrir plus largement ces métiers aux hommes.

 

Comment ce test de compétences peut-il aider à lever ces freins ?

Les différentes vidéos présentant le métier d’Éducateur de Jeunes enfants, les compétences associées et le contexte dans lequel il s’inscrit, apportent des informations concrètes et issues de l’expérience terrain sur ces métiers. Elles permettent de mettre en lumière la grande richesse de ce métier et son impact social. Cela pourra contribuer, nous l’espérons, à renforcer, voire à créer des vocations. Faire intervenir un Éducateur de Jeunes Enfants participe aussi à montrer que ces métiers sont accessibles aux hommes.

 

Quels sont pour vous les aspects méconnus de ces métiers qui pourraient aider à les faire aimer ?

La dimension relationnelle, la richesse des contacts avec d’autres professionnels, le travail en équipe. Sans oublier la gestion de projets et l’autonomie dans son travail. Enfin, les possibilités d’évolution, l’accès aux diplômes par la formation et la VAE sont à souligner.

 

Quel est votre but en participant à ce test de compétences ?

L’élaboration de ce test fut pour nous l’opportunité de mettre notre expertise métier au service d’un projet innovant, favorisant de surcroît la digitalisation de la fonction RH. Nous souhaitons contribuer à mieux faire connaitre et valoriser nos métiers, et attirer des candidats hommes et femmes !

Par ailleurs, nous adhérons aux valeurs du GROUPE SOS. Depuis sa création, il s’est engagé à lutter contre toutes formes d’exclusion, et donc à assurer une égalité de traitement, tant aux usagers et clients, qu’aux salariés. L’accès à l’emploi, le recrutement, l’intégration et l’évolution professionnelle se font donc dans le respect de l’égalité de traitement des personnes issues d’horizons différents. L’élaboration de ce test donne ainsi corps à notre engagement selon lequel l’objectivation, exigeante et bienveillante est le seul critère de sélection des candidats.

 

Votre mot de la fin pour motiver les candidats / convaincre les recruteurs ?

Plusieurs études prospectives mettent en exergue l’essor à venir des métiers de la petite enfance. D’une part, à cause des prochains départs à la retraite de la génération du baby-boom. Et d’autre part, du fait du taux de natalité français, l’un des plus élevé d’Europe.  De nombreuses opportunités d’emploi sont et seront donc à pourvoir.

Ainsi, à tous les candidats souhaitant s’engager dans un secteur en pleine croissance et contribuer à l’éveil des jeunes enfants : n’hésitez plus !

Enfin, pour tous les recruteurs souhaitant optimiser la qualification des candidatures reçues et veiller à ce que les candidats disposent du socle de compétences nécessaires pour exercer le métier auquel ils prétendent : optez pour ce test de compétences !

 

Passer le test Auxiliaire de puériculture

28 septembre 2017
top

01 77 17 66 42 |

contact@skilero.com

Se connecter

S'inscrire

Créer un compte
Créer un compte Retour à l'inscription/connexion